Rencontre – Conférence avec Manijeh Nouri autour du livre Le langage des oiseaux, Manteq ut-Tayr

Le dimanche 1er juillet à 18h, la Librairie-Tartinerie a le plaisir de vous convier à une rencontre-conférence avec Manijeh NOURI autour du livre qu’elle a traduit et annoté Le langage des oiseaux, Manteq ut-Tayrde Farid ud-Dîn ‘Attâr . Elle en lira quelques extraits en langue persane et sera accompagnée d’Elisabeth ARAGON pour une lecture en langue française.

Le langage des oiseaux, ou encore la conférence des oiseaux est connu, dans sa traduction française depuis 1863. Elle  est l’œuvre du poète mystique persan Farid ud-Din ‘Attâr du XIIIe siècle, un des plus grands soufis, avec Rumi, de la Perse médiévale. La recherche de l’Un-Absolu est illustrée par le voyage des oiseaux partis en quête de Simorgh, leur mystérieux roi. Ils traversent maintes épreuves symbolisées par diverses vallées. En chacun de ces lieux, il leur est demandé de sacrifier un des aspects de leur être avant d’abandonner leur Soi le plus profond. Telle est la condition nécessaire pour atteindre le premier but recherché consciemment. Les oiseaux arrivent au sommet de la montagne Qâf, là où le roi Simorgh les accueille et leur apprend qu’il est leur miroir comme ils sont le sien. C’est alors que commence la quête véritable.

Cette nouvelle traduction est fondée sur l’édition critique persane établie par le professeur Mohammad Reza Shafi’i Kadkani ; celle-ci résulte d’un travail sur les manuscrits les plus anciens. On y trouve, en notes de bas de page, les différences avec les traductions précédentes en français, anglais, italien, espagnol et allemand. La versification du texte est respectée et le sens se veut proche de celui qui apparaît dans la langue source.

De portée universelle, ce « conte » est accessible aux enfants, comme il peut tracer le chemin initiatique pour un adulte.

Les savants et historiens de littérature y verront un document précieux qui reflète la langue et la situation politique et sociale du XIII° siècle au nord-est de la Perse.

La traductrice, Manijeh Nouri est née à Téhéran, en Iran. Sensible, depuis son adolescence à la mystique persane, après les études universitaires en Suisse et à Paris, elle a traduit et publié plusieurs livres, de ‘Attâr et de Rumi, du persan en français. Son prochain projet porte sur « Le mémorial des Saints » de ‘Attâr.

Élisabeth Aragon est poète et photographe. Elle est notamment l’auteur de recueils de poèmes : La découvrance, éd. L’Unoison, 1987, Garde-moi de l’oubli, éd. Rumeur Des Ages, 1995, L’échappée belle, éd. Le Petit Véhicule, 2000, Lieu-dit du Grand Silence, éd. Encres Vives, 2003.

Ces deux amoureuses de la poésie se sont rencontrées en janvier 2012 au Cercle de poésie de l’Institut Catholique de Toulouse. De cette rencontre est née l’idée et l’envie de partager un moment de lecture, en écho, autour de ce très beau texte.

 

 


Catégorie : Archives | Tags: | Publié le 22 juin 2012

Les commentaires sont fermés