Bandeau estivales

Richard Guérineau

guerineauDès son plus jeune âge, il est envoûté par le démon de la bande dessinée et dévore avec frénésie les passionnantes aventures de Bibi Fricotin, Bill Tornade, et Blek-le-Roc. Assez rapidement, ses proches lui affirment que « le dessin n’est pas un métier ! ». De nature conciliante, il suit leurs conseils et passe un bac scientifique. Pourtant il ne perd pas son but de vue ! Il entame en effet des études d’arts plastiques et se tourne vers la bande dessinée.

 

Master Classe : La bande dessinée

« Travail de recherches graphiques sur les éléments textuels de la bande dessinée : onomatopées, dialogues, typographies, phylactères. Réalisation de planches de BD à partir des éléments précédents. Contrainte : un mini récit se déroulant dans l’obscurité (cases entièrement noires) et comment utiliser uniquement la mise en page, le format des cases et les éléments textuels pour produire une narration BD sans passer obligatoirement par la figuration (éviter l’écueil du dessin qui peut être paralysant) ».

 

coeur-rouge1Notre coup de coeurApres_la_nuit
Après la nuit

Bartlesville est une bourgade perdue typique du Far-West, écrasée sous la fournaise, qui somnole sous l’emprise du shérif local. L’arrivée d’un pistolero inconnu, qui descend à l’hôtel du coin sans remettre ses armes et signe du nom de Jédédiah Cooper, déclenche l’angoisse des principaux personnages de la ville. Car Jédédiah Cooper repose depuis longtemps au cimetière municipal, le shérif Staton en est sûr : c’est lui qui l’y a envoyé… Guérineau et Meunier accaparent et réutilisent de nombreux clichés du western, (l’étranger solitaire, les notables et leurs secrets…), mais traite leur récit avec lenteur et de façon réaliste (on pense immédiatement à Clint Eastwood ou Sergio Leone), une impression renforcée encore par le découpage régulier des planches. Une histoire centrée sur les personnages et leur psychologie au détriment des scènes d’action, avec une ambiance pesante qui s’épaissit au fil des pages, et qui nous mène crescendo au dénouement tragique, et insoupçonnable…