« PoeTree » pour un tour du monde en poésie

Dimanche 9 juillet à partir de 17h

Aurélia Lassaque

Soirée de lecture-poésie autour de Aurélia Lassaque, auteure bilingue français-occitan de Pour que chantent les salamandres et En quête d’un visage (éd. Bruno Doucey). Elle nous propose de partager le plaisir des mots, des langues et des sonorités dans le cadre de « PoeTree », un projet de rencontres poétiques en relation avec les arbres et la forêt, avec des poètes-musiciens-chanteurs écrivant en anglais, arabe, catalan, français, occitan, persan et portugais.

Sarah Kelly Alima Hamel Fernando Munizaga

Leanne O Sullivan Sara Torres

Irène Gayraud  Matthieu Pouget  Jessica Pujol Duran
(crédit photo pour Matthieu Pouget : Katty Castella)

Matthieu Pouget est metteur en scène, comédien, chercheur, formateur et traducteur.

Jèssica Pujol Duran, chilienne, a été poète en résidence à l’Université de Surrey 4 et co-édite la revue Alba Londres, un magazine dédié aux littératures anglaises, espagnoles et latino-américaines.

Irène Gayraud est à la fois poète, traductrice, musicienne et récitante. Agrégée de Lettres Modernes, Docteur en Littérature Comparée et enseignante, elle est également membre du groupe de traduction créative Outranspo (Ouvoir de Translation Potencial).

Sarah Eliza Kelly est une poète anglaise, artiste multidisciplinaire qui réalise son propre papier de manière artisanale et mêle la poésie à la fabrique sculpturale du papier, au mouvement, à la typographie, la calligraphie.

Aurélia Lassaque est poète de langues française et occitane.

Leanne O’Sullivan est native de Beara en Irlande,auteure de trois recueils publiés chez Bloodaxe.

Sara Torres est en doctorat à Londres. Sa recherche porte sur le désir et la littérature lesbiens, sur les représentations culturelles et les pratiques signifiantes.

Alima Hamelest poète, chanteuse et compositrice. Elle est programmatrice musicale depuis 2013 au centre culturel Lalande.

Fernando Munizaga, né au Chili, a orienté son travail vers l’exploration de l’intonation, de la phonétique, de la structure,…

Maxime Morin est un cavalier photographe. Ses portraits, ses photos de rues et clichés de la vie rurale nous rappellent que la poésie est parfois sans parole.

Et par là, un lien vers France 3 région en Occitan – édition du samedi 24 juin 2017

Catégorie : Archives | Tags: | Publié le 30 juin 2017

Les commentaires sont fermés